FullSizeRender (26)

J'ai longtemps été une mère coupable, enfin c'est comme ça que je me décrivais. Pas assez patiente, pas assez présente, pas assez laisse tomber l'aspirateur et profite d'eux, pas assez de légumes verts, de musées, d'arts plastiques et de pâte à sel... Trop de linge à trier, de coquillettes à égoutter, de petits filous à acheter, de métros avec colis abandonnés et de powerpoint à finaliser...Bref trop et pas assez ! Mais pas assez pour qui ? Pour moi ? Ou pour toutes celles que l'on observe sur les réseaux sociaux qui portent des habits blancs ET propres tenant dans leurs bras des enfants bien peignés, bien habillés MAIS avec quelques taches de chocolat sur les doigts pour rendre le tout un peu plus real life. ET une maison parfaitement bien rangée dont la déco change d'une semaine sur l'autre. Je me demande toujours si l'on ne pourrait pas légèrement décaler l'image sur la droite pour voir la montagne de bordel qui se cache juste à coté. Le cliché qui rend un peu coupable quand même. Coupable de crier, de ne pas y arriver, de s'énerver, de râler en triant toujours les mêmes chaussettes et de coller les mômes devant Raiponce le vendredi soir. On en devient même coupable de se plaindre parfois. Les enfants il faut les assumer et c'est So 2018 de se plaindre d'être un parent fatigué. Trop de #chargementale sur les réseaux sociaux ça ne nous a pas fait que du bien. Oui tu comprends tu dois parfois savoir te taire et sourire, il ne faut pas trop en faire. Et toi quelle coupable es tu ? Celle qui travaille trop ou celle qui reste à la maison? Celle qui prend des baby sitters un soir sur deux pour sortir ou celle qui refuse d'en entendre parler oubliant toute vie sociale ? Celle qui veut un troisième bébé ou celle qui n'en veut finalement qu'un seul ? Celle qui allaite toujours à 1 an ou celle qui donne le biberon pour ne pas abîmer ses seins ? Celle qui rêve de partir en vacances sans ses enfants ou celle qui ne peut pas les lâcher même pour une nuit ? On est toujours un peu la coupable de quelqu'un tout en étant constamment jugée. Par qui ? Oh un peu par tous. Les autres parents, les collègues, les amis et parfois même par ceux qui n'ont pas d'enfants et qui sont encore bourrés de principes. Il m'arrive souvent de vouloir dire STOP ! Je ne te demande pas de juger, t'inquiète, la culpabilité je l'ai déjà. Je te raconte juste mon histoire, posée là comme ça. Nul besoin de comparaison ou de regards désapprobateurs. Parfois on a juste envie de déposer ses ras le bol, ses yeux fatigués et ses difficultés. Je crois que ça s'appelle la bienveillance, tu sais ce concept que l'on distribue à qui veut bien l'entendre et qui perd parfois un peu de son sens. Tu ne trouve pas ? Allez cesse de te flageller ça va te faire des cicatrices et puis ça ne changera pas les choses. Regarde tes enfants, ils vont bien et même qu'ils sont heureux et équilibrés. Alors va réchauffer ta pizza au micro ondes et sers toi un petit verre de Merlot ! 

Bisous bisous