IMG_3352

Penser à payer la cantine et le centre de loisirs
Penser à réserver le centre de loisirs pour cet été
Penser à acheter un tube de colle pour Titouan
Penser à le mettre dans sa trousse
Penser à commander les couches pour Marius
Penser à les mettre sous la poussette pour la nounou
Penser à racheter des légumes pour faire les prochains petits pots
Penser à mettre un nouveau change dans le sac de Marius
Penser à acheter le protège cahier rouge opaque 24x32 au lieu de 21x29,7 trop petit
Penser à réserver la baby Sitter pour mardi
Penser à racheter une bouteille de lait pour le petit déjeuner
Penser à prendre rendez-vous pour le certificat médical de Titouan
Penser à regarder si on est à jour dans les vaccins du petit dernier
Penser à remplir les dossiers d’inscriptions pour les écoles, activités, garderies
Penser à envoyer la fiche de salaire de la nounou
Penser à la tenue de sport du lundi et celle du mercredi, le doudou du jeudi et le cadeau d’anniversaire pour le copain du samedi
Penser que lundi c’est la photo de classe et qu’il faut 1 euros pour la vente de gâteau du mardi

Cette petite liste nous l’avons toutes. Elle vient silencieusement se rajouter aux tâches quotidiennes. Aux lessives, repas, devoirs, courses. On y pense dans le métro, dans une réunion ennuyeuse, en attendant les enfants à la grille, en préparant le repas, avant de s’endormir. L'écrire ne change rien, cela permet juste de concrétiser tout ce travail invisible, ces petites choses qui se superposent inconsciemment dans ma tête et que me laissent parfois K.O. Cet article sur la charge mentale qui a circulé il y a quelques semaines, a mis le doigt sur un phénomène silencieux, voir même inconnu. L’épuisement, le vrai, est là mais on ne s’en rend pas toujours compte et le lâcher prise que nous voulons avoir sur certaines tâches quotidiennes n’est pas toujours possible ici. Oui, oublier quelque chose dans cette liste ce n’est pas grave mais c’est néanmoins essentiel d’y penser. Là est tout le paradoxe.