FullSizeRender

Le mercredi avec les enfants, c’est génial. Mais le mercredi avec les enfants, c’est l’horreur. Tel était mon constat l’année dernière après toute une année de mercredis seule avec trois enfants. J’ai même pensé abandonner, reprendre le boulot à temps plein tellement cette journée m’épuisait.

Pourquoi ? Parce que gérer, les courses, les activités sportives, les copains, les virées au parc même sous la pluie, avec un bébé de quelques mois sur les bras  c’est épuisant. D’autant plus quand on manque de sommeil car ce même bébé ne fait pas encore ses nuits, c’est éreintant. Il y avait deux temps forts qui rythmaient cette journée, le repas où les trois enfants en transe hypoglycémique à 12h05, heure d’arrivée à la maison après la matinée de classe, me tournaient autour avec insistance. J’avais encore mon manteau et les deux cartables sur le dos que je devais déjà me précipiter pour lancer un semblant de déjeuner. Le bébé encore dans sa poussette réclamait lui aussi dans les pleurs son repas. Repas qui se faisait généralement dans les cris.  Le deuxième temps fort était bien évidemment le BDC (Bain-Diner-Coucher), mais est-ce bien nécessaire de développer ce point ? Je ne crois pas … Enfin à ce combo s’ajoutait immanquablement le rangement géant du mercredi soir. Cette journée que j’avais idéalisée était devenue malgré moi ma pire journée de la semaine.  Alors en début d’année j’ai décidé de m’organiser différemment. Je laisse Marius chez sa nounou le mercredi. Il fait une petite journée, le matin il va à la gym avec d’autres bébés, l‘après-midi il fait sa sieste au calme, on arrive juste après pour le récupérer et on va au parc quand le temps le permet. Ce choix a radicalement changé nos mercredis, avoir seulement deux enfants change l’équilibre des forces, ça a été bénéfique pour tout le monde. Les grands sont très contents d’avoir maman pour eux tout seuls, j’organise des activités avec eux, on sort, on va chez les copains, on joue. Tout le monde y trouve son compte y compris moi, je n’ai plus le sentiment de devoir "sacrifier" un enfant pour m’occuper d’un autre. Et quand je récupère Marius les deux grands savent que je vais privilégier les temps avec lui uniquement. Il y a moins de stress et beaucoup moins de cris. Nous passons de belles journées ensemble. Cette année, je suis aussi mieux organisée et comme je suis toute seule le matin je prépare le déjeuner, je fais les courses, les lessives aussi, en arrivant il n’y a plus qu’à réchauffer le repas, je peux me consacrer à eux sans penser à ce qu’il me reste à faire dans cette journée marathon. Aujourd’hui nos mercredis sont devenus jolis et je ne laisserais pour rien au monde tomber cette journée. J’ai mis du temps et j’ai fait des choix pour que nous puissions tous, petits et grands trouver un peu de repos et de réconfort dans cette journée. Et vous ? Connaissez vous aussi cette ambivalence du mercredi ?

Cette photo date de mercredi dernier, quand je la vois je me dis qu’elle exprime parfaitement bien cette journée, un peu fatiguante certes mais mon mercredi était une fois de plus, bien joli.