162961_425590736679_5127577_n

Quand j'attendais mon premier enfant j'aurais aimé que l'on me raconte que l'enfant fantasmé pendant neuf longs mois, le bébé parfait, le poupon, le bébé cadum des panneaux publicitaires n'arriverait jamais. Il y a des cours de préparation à l'accouchement mais il n'y a rien pour ce qu'il se passe après la naissance. Pour nous c'est la page blanche. Pourtant ce sont bien des cours de préparation à la vie de parents dont nous aurions parfois besoin. Savoir que l'enfant réel crie, pleure, ne dort pas sauf au sein ou dans les bras. Et que c'est normal. Qu'en grandissant l'enfant réel nous pousse dans nos limites les plus extrêmes, celles que nous ne pensions jamais franchir. Que l'éducation bienveillante si chère à nos yeux ne peut être constamment appliquée. Que la culpabilité nous ronge parfois et que l'on se pose mille questions sur leur éducation. Que les longues nuits sans sommeil sont bien plus difficiles que ce qu'on avait imaginé. Non pas parce qu'elles sont blanches mais parce que cela dure plus longtemps que ce que l'on avait pensé. Elles se comptent même en années pour certains. Oui, l'enfant réel est exigeant, impatient, insolent, colérique, hystérique, parfois angélique mais bien souvent épuisant pour nous simples parents débutants. Et nous ne sommes pas toujours prêt à l'affronter. Pourquoi personne ne nous dit que nous passerons des soirées à ramasser des grains de riz  écrasés sur le plancher, et des verres d'eau renversés sur les lits. Que nous changerons des pyjamas sales à 23h33 et des draps tachés avant même que le jour se lève. Que l'épuisement nous poussera parfois à crier, s'énerver et menacer tout ce petit monde. On nous cache tout on nous dit rien. On nous informe vraiment sur rien . C'est dommage. J'aurais bien eu besoin que l'on me raconte tout ça pour mon premier.  Mon enfant crash test. Il en a essuyé des plâtres celui là, l'enfant des illusions perdues qui a affronté mes jeunes années de mère inexpérimentée, mes maladresses, mes erreurs... Et tout cet amour aussi qu'il est le seul à avoir eu rien que pour lui. Mon premier tout petit, blotti bien à l'abri posé là sur ma poitrine, ton odeur, gravée pour toujours dans mon coeur.