photo(9)

Capturer ce moment là, cet instant furtif où leur complicité se crée, tout doucement, secrètement, quand on ne leur demande pas, quand on ne les regarde pas. Il y a quelques années j'assistais déjà à la construction de ce lien frère/soeur entre mes aînés, sur de tout petits moments comme celui là. Aujourd'hui je regarde les liens se transformer, se faire et se défaire, se créer et s'apprivoiser, le connaître, les reconnaître. Et je suis si fière de ce petit monde qui grandit sous mes yeux et des souvenirs d'enfance qu'ils se font. On dit qu'il reste toujours en nous quelque chose de l'enfance. Pour eux j'aimerais que ce soit ça, un peu de jalousie, beaucoup d'amour et cette si grande complicité . A ce moment, je suis là où je voulais être exactement, là où leurs racines grandissent, se croisent et où les liens se tissent.