FullSizeRender

Je suis l'aîné, l'Homme le dernier, autant dire que la place du milieu nous est étrangère. J'ai longtemps trouvé que la place d'aîné n'était pas simple, faire le grand, montrer l'exemple, négocier les permissions, ouvrir la voie, être le meilleur ... Un petit enjeu permanent se joue autour de nous. J'ai donc imaginé qu'être le dernier était bien plus simple et puis j'ai compris que le dernier est aussi ... le dernier à partir. Il a donc lui aussi une autre responsabilité dans sa famille. Margaux c'est celle du milieu, la seule fille, celle qui ne mange pas bien, qui ne grandit et ne grossit pas comme il faudrait. On lui reproche beaucoup. Margaux c'est une petite fille qui s'exprime souvent avec colère parce que trop grande pour certaines choses mais encore si petite pour d'autres. Margaux est une véritable éponge, elle absorbe et garde avec elle ses émotions, alors par moment il n'est pas simple de savoir ce qu'elle pense vraiment.
Margaux cherche sa place.
Elle adore ses frères mais ne parvient pas à tirer avantage de son statut de seule fille, elle ne voit que sa place du milieu, ni grande, ni petite. On lui dit souvent d'attendre quand on s'occupe de Marius et de se dépêcher quand on marche dans la rue. Sur le moment je ne m'en rends pas compte, c'est seulement après que je fais cet amer constat elle est rarement à la bonne allure. Alors pour combler ces moments elle devient plus indépendante, elle s'affirme, quand elle ne veut plus attendre après nous elle prend et qu'importe ce qu'on lui dira. Elle est si déterminée, il arrive même bien souvent qu'elle se débrouille mieux que son frère aîné.

Margaux tu sembles avoir la place qui apprend à partager, là où ton frère ne prête rien toi tu lui donne, tu apprends vite, tu as une bonne capacité d'adaptation face aux événements que tu ne maîtrises pas. Quelque part je me dis que cette place te permettra peut être de trouver plus facilement TA vraie place dans ce monde.

Et chez vous comment ça se passe ?

Merci pour vos commentaires et messages sur le précédent post, je vois à quel point nous avons toutes par moment des mardis difficiles.