IMG_1662

Mardi je suis rentrée épuisée, triste et démoralisée. Je n’avais pas envie de rentrer, j’avais besoin de temps pour moi, de respirer, de marcher, besoin de calme et de silence. Mardi il a pourtant fallu rentrer. Il a même fallu sourire, écouter, consoler, nourrir, laver… et surtout ne pas pleurer devant eux. Que c’est dur certain soirs d’être parent ! Notre quotidien n’est pas toujours simple, femme, mère, épouse, professionnelle, nous sommes un peu les super héros du quotidien non ?

Prétentieuse ? Non je ne crois pas. Être parent c’est un combat de tous les jours, pour que ceux que nous aimons le plus au monde, soient heureux, épanouis, instruits. C’est une lourde tâche, c’est IM-POR-TANT. Mais être mère c’est souvent ce dévouement que personne ne voit. On travaille, on cuisine, on oublie et le dîner est trop cuit. On ne cesse de ramasser des jouets rangés cinq minutes plus tôt et on se demande pourquoi on en a tant, on plie les draps, on lave les pyjamas, on rassemble les bonnes paires de chaussettes, on nettoie les traces de mains sur les murs et les traits de feutres sur le plancher, on débarbouille, on ramasse les miettes, on oublie la purée dans le mixeur et il faut tout recommencer, on essuie le micro-onde, on va au travail, on revient du travail, on travaille à la maison. On sourit au boulot, dans le métro, aux apéros. On sourit à d’autres mamans probablement aussi épuisées que nous. On se met en « pyjamamoche », on se couche, on espère dormir, un des trois pleure, on ne dort pas… Mardi je me suis trouvée nulle mais je crois que mes enfants n’en sauront jamais rien. Pour eux j’étais là tout simplement, ils n’ont pas pris de douche et on a mangé des pâtes au beurre devant un dessin animé, alors pour eux, mardi c’était un peu noël.

C’est pourquoi j’aimerais vous dire à toutes de vous préserver, de vous protéger mais surtout de vous féliciter car vous êtes fortes même quand vous pleurez, vous êtes aimantes même quand vous criez, vous êtes éclatantes même en « pyjamamoche ».La maternité est un long voyage où l’on manque bien souvent d’indulgence mais jamais de courage.

Et puis bon .. Dormir c’est pour les faibles non ?