1929318_8402312253_6833_n

Il y a ceux qui habitent loin, auxquels on pense pendant des semaines en se disant "il faut que je l'appelle, il faut que l'appelle..." le temps passe, on oublie, on y repense, on laisse un message, on se rappelle, on se rate et enfin on arrive à se joindre. On s'est drôlement manqué, on a beaucoup de choses à se raconter, on parle de nous, des enfants, du boulot, des conjoints, de la famille, on balaie tous les sujets et surtout on se promet de se rappeler vite.

Il y a ceux qui nous ont quittés, auxquels on pense parfois soudainement, une chanson familière, une odeur particulière, des photos tombées d'un carton, les souvenirs retrouvés, les retours en arrière. Un peu de nostalgie et de sourire aux lèvres quand on ne garde que le meilleur.

Il y a ceux qu'on a perdu de vue, amis d'école, d'enfance, de nos parents, cousins aussi parfois quand les familles se brisent. On pense à eux avec des vieux souvenirs dans la tête et quelques étoiles dans les yeux. Les souvenirs d'enfance sont parfois magiques et l'on s'etonne de se rappeler à quel point les enfants s'aiment fort quand ils sont petits. Tu te souviens les amis à la vie à la mort, on se connaîtra toujours dans 20 ans et nos enfants iront aussi dans cette même école. Les choses ont bien changées on a grandi, on s'est perdu et il ne reste parfois que quelques vielles photos d'école pour se souvenir d'eux. Ceux que seul le hasard pourrait remettre sur notre chemin.

Et puis il y a ceux qui sont là... mais qui nous manquent quand même, la faute au temps, la fatigue, le quotidien, le boulot... il y a trop d'excuses pour manquer ceux qui nous sont proches. Ils sont là, les amis, la famille. Souvent pas bien loin et pourtant ils nous manquent. On les voit moins, on pense à eux mais on n'appelle pas souvent ceux qui sont proches, on se dit plutôt qu'on les verra vite et qu'on pourra tout se raconter. Mais le provisoire dure et le temps n'attend personne, on est de moins en moins avec ceux qui nous sont proches. Ceux là me manquent j'aimerais les voir plus souvent, les entendre rire et raconter leur vie qui passe si vite. Il n'est question que de temps après tout, celui qui passe, celui perdu qu'on ne retrouve pas, celui que l'on prend alors qu'il n'y en a pas, l'important étant de ne jamais penser qu'il est trop tard.