photo(8)

Il y a quelques temps nous sommes allés voir quelqu'un pour Titouan, bon allez j'ose le dire c'est une psy. Je ne souhaitais pas en parler autour de moi, considérant presque cette consultation comme un échec dans mon rôle de parent mais il y avait la volonté plus forte que tout de comprendre ce qui semblait m'échapper chez mon fils. Le motif de consultation était simple: je ne comprends pas mon fils. Pourquoi a-t-il autant de mal à se séparer de nous? Pourquoi ne va t-il pas vers les autres? Titouan ne veut se séparer de rien, Titouan ne sait pas comment aborder les gens en société, les enfants à l’école. Partant de ce constat, nous avons longuement raconté notre histoire et celle de nos enfants, rien d'extraordinaire jusqu'ici, une grossesse normale, une naissance compliquée et un attachement difficile les premiers jours mais pas de rejet ou de baby blues, pas beaucoup d'indices qui nous permettent de trouver l'origine de notre "problème". Et puis il y a nous les parents, il y a notre histoire, ce qu'elle a fait de nous et ce que nous projetons inconsciemment sur nos enfants. Et surtout il y a Titouan, qui depuis des mois cherche à nous dire quelque chose que nous ne voyons pas. Je vous en parlait déjà ici, vous disant que je ne comprenais pas cette manie qu'a Titouan de se trimballer avec TOUS ses sacs en nous disant qu'il part en voyage/en vacances/au travail. Quand il a naturellement rejoué la scène pendant la consultation ça lui a semblé évident au psy, Titouan s'entraine à la séparation et au départ. On a alors compris que ce que fait un enfant n'est jamais anodin et que les jeux d'imitation sont le reflet de leur perception de la vie et des autres. Nous avons aussi compris que nous étouffions un peu Titouan avec nos câlins, nos "je t'aime" nos bisous. Ce n'est pas que nous donnons trop d'amour à notre enfant mais pour lui qui a peur de la séparation nous lui donnons inconsciemment une image d'insécurité en le serrant fort comme si on n'allait jamais le revoir ou en lui donnant des "je t'aime" à chaque départ. Ces marques d'affections n'envoient pas toujours le bon message. Le message qui lui dit vas-y tu es grand maintenant tu as moins besoin de nous, ta vie est là dehors et pas toujours avec nous.
Cette consultation nous a fait beaucoup de bien finalement et si je la partage avec vous c'est parce que je vois autour de moi des mamans se poser ces mêmes questions sur l'amour juste, la tendresse et le partage. Comme nous l'a dit la psy il y a mille moyens de montrer à son enfant qu'on l'aime, il n'y a pas que les bisous, les câlins et les "je t'aime". Il y a le temps passé, la complicité, les apprentissages, la liberté. Il faut parfois trouver le plus juste entre ce que l'on croit bien et ce que l'enfant perçoit. 
Alors nous savons que nous devons changer, là, maintenant, pour qu’il puisse avancer en société, qu’il puisse avoir ses propres repères pour plus tard, qu’il puisse puiser dans ses ressources à lui.  Et pas dans les nôtres.

A suivre....