photo(7)

Il y a quelques jours nous avons retrouvé une boîte à bijoux qui était à toi. Margaux a passé un à un tes colliers autour de son petit coup et m'a regardé en souriant, fière d'être belle, ornée de tes perles. Et soudain tu me manques. Elle a mit la main sur de vieilles photos, celles où tu as le même âge que moi aujourd'hui et dans tes bras un bébé qui lui ressemble. Et soudain tu me manques. Elle me serre si fort quand je la retrouve, sa tête se pose sur mon épaule, son souffle dans mon coup, ses doigts dans mes cheveux et ses petites cuisses qui se referment sur ma hanche pour que je la porte encore. Et soudain tu me manques. Dans la salle de bain avec elle qui me regarde, que je chatouille avec la brosse et parfume de quelques gouttes d'Anaïs Anaïs. Et soudain tu me manques.
Combien d'années passées sans aucun manque de toi et soudain tu me manques. J'aimerais que tu la regardes avec moi et que tu dises aussi combien elle me ressemble, j'aimerais t'entendre parler d'elle et écouter encore les vieilles histoires, les anecdotes, les souvenirs. Personne ne se souvient aussi bien qu' une mère. Ces petits détails de l'enfance que je répète dans ma tête pour ne pas les oublier et qui semble s’éloigner d'années en années. Et soudain tout me manque.
On dit qu'une mère est le meilleur des guides. Je remercie ma mère de ne pas avoir été la mère parfaite que j'attendais, d'avoir fait des erreurs, de ne pas avoir toujours trouvé les mots justes, il n'y a pas de parents parfaits et c'est ce qui me guide aujourd'hui vers mes enfants.